UNSa ORKYN'
UNSa ORKYN'

 

Syndicat SECI-UNSA / Orkyn

3, rue du Chateau d'Eau

75010 Paris

 

www.seci1887-unsa.fr

 

Commentaires ? Questions ? Critiques ? Pour nous contacter.

Veuillez m'envoyer un email

Merci.

 

Email :

contact@unsa-orkyn.fr

 

Vous pouvez aussi visiter de le site de l'UNSA

www.unsa.org

Prime COVID : les raisons de la déprime 

Fortement mobilisés durant la pandémie, les salariés d’Orkyn attendaient un geste de la direction

D’autant que les messages comme celui de Mme SCHILLAG directrice Europe des activités Healthcare saluaient au nom du Comité Exécutif du Groupe Air Liquide l’engagement remarquable et la motivation indéfectible des salariés durant cette période

 

Comme les personnels hospitaliers, au-delà des remerciements et des applaudissements au balcon,  nous attendions une prime.

 

Pour toucher 700€ net et non soumis à impôts, il faudra donc avoir un salaire annuel inférieur à 55420€ (3 fois le SMIC) ET avoir travaillé en agence ou en intervention au moins 30 jours sur les 40 jours ouvrés de la période 12 mars – 11 mai

 

Ceux qui ont travaillé moins de 30 jours, toujours avec un salaire annuel inférieur à 55420€, ne toucheront que 350€. Enfin pour tous ceux qui ont effectué du télétravail, la prime sera elle aussi de 350€ mais il ne faudra alors pas gagner plus de 30.000€ annuel. Vous comprendrez pourquoi on vous a imposé 5 jours de congés ! Pour les assimilés cadres et cadres ils mesureront ici la reconnaissance de leur investissement en télétravail, elle est égale à 0.

 

Lors du dernier CSE du 1er juillet, nous avons regretté que ces mesures ne valorisent pas l’investissement des salariés. La DRH n’a cessé de répondre qu’il s’agissait d’une prime de complément de pouvoir d’achat ! Mais alors si c’est une prime de pouvoir d’achat pourquoi tenir compte du nombre de jours travaillés ?

 

A être aussi restrictif, c’est prendre le risque que demain, en cas de nouveau pic les salariés privilégient leur sécurité et celle de leurs proches plutôt que le sacro-saint chiffre d’affaires. Et dernière question une médaille est-elle prévue ? et combien nous sera-t-elle facturée ?

ACCIDENTS DU TRAVAIL

Dans certaines entreprises, on ne souhaite pas afficher un taux de sinistralité élevé ou en hausse (dans certains groupes, il existe une certaine mise en compétition des sites à propos du taux de sinistralité), par conséquent :

 

Les accidents ne sont pas tous déclarés, une pression est exercée sur les salariés pour qu’ils ne déclarent pas les accidents, le salarié est parfois accompagné par un membre de l’entreprise chez le médecin et l’entreprise prend en charge les soins et exerce une pression sur le médecin traitant pour qu’il ne prescrive pas d’arrêt de travail sous prétexte que le salarié va se voir proposer un poste aménagé : un agent de quai peut ainsi se retrouver dans un bureau durant un certain temps.

 

Autre motif : le volet financier. Les entreprises s'acquittent en effet d'une cotisation à la branche accidents du travail et maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale pour la prise en charge du risque professionnel. Pour celles de plus de 150 salariés, le taux de cette cotisation est en partie calculé en fonction du nombre de jours d'arrêt de travail prescrits liés aux accidents dans l'établissement au cours des trois dernières années. La tentation serait alors grande de tout mettre en œuvre pour minimiser les arrêts…

 

Toutes ces dissimulations ont un coût. Selon le rapport de la Commission Diricq, la sous déclaration des risques professionnels (accidents du travail et maladies professionnelles) aurait représenté entre 587 millions et 1,1 milliard d'euros de manque à gagner pour la Sécurité sociale en 2011. Alors qu'il n'était "que" de 135 millions d'euros en 1997…

pRIME MACRON 

Lettre envoyée à notre Directeur Général

Début 2019, en réponse aux promesses du Président de la République, la direction d’Orkyn’ suivant les recommandations du groupe Air Liquide choisissait de verser 700€ à tous les salariés dont le salaire mensuel était inférieur ou égal à 2500€.

 

Tout en reconnaissant le geste effectué en faveur des bas salaires, nous avions regretté qu’aucun dispositif n’ai été mis en place pour les salariés de la tranche 2501/3500 €, ceci excluant toute une partie des assimilés cadre pour lesquels Orkyn’ touche le CICE.

 

Rappelons que depuis 2014, les entreprises réduisent grâce au dispositif du CICE leur impôt sur les sociétés de près de 19 milliards. Pour Orkyn’ ce dispositif a représenté 1889 K€ en 2015, 1975 K€ en 2016, 2338 K€ en 2017

En 2019 les entreprises auront touché deux fois la somme : une fois au titre du crédit d’impôts, une autre fois sous forme de baisse directe des cotisations sociales des employeurs selon un procédé nommé « la bascule » en langage technocratique.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, présenté ce lundi 30 septembre, confirme le maintien de la prime exceptionnelle en 2020.

Nous vous demandons de mettre en place un mécanisme évitant d’exclure les salariés dont le salaire dépasse de quelques euros le plafond fixé en envisageant 2 paliers d’attribution.

Dans l’attente d’une réponse favorable