UNSa ORKYN'
UNSa ORKYN'

 

Syndicat SECI-UNSA / Orkyn

3, rue du Chateau d'Eau

75010 Paris

 

www.seci1887-unsa.fr

 

Commentaires ? Questions ? Critiques ? Pour nous contacter.

Veuillez m'envoyer un email

Merci.

 

Email :

contact@unsa-orkyn.fr

 

Vous pouvez aussi visiter de le site de l'UNSA

www.unsa.org

DECLARATION DES ELUS SECI UNSA AU CSE DU 29 Septembre 

Le 8 septembre 2020, vous avez informé les membres du CSE sur le projet Oscare, qui “engendre” la suppression de 42 postes de THD chez Orkyn’.

 

S’agissant du PSE, son délai d’homologation/validation par la Direccte varie s'il s'agit d'un accord collectif ou d'une décision unilatérale. De même, sa présomption de conformité dépend de l'existence d'un accord majoritaire. 

Vous avez opté pour l’élaboration d’un accord collectif, donc d’un échange/négociations avec les organisations syndicales.

Dans ce cadre, nous, membres Seci-Unsa, notons un certain nombre de décisions qui sont pour l’instant prises de manière unilatérale.

  • 1° - Cabinet BPI (cabinet conseil pour l’aide au reclassement interne ou externe des salariés concernés) 

Par email en date du 23 septembre nous vous demandons de bien vouloir organiser une seconde réunion avec un ou plusieurs autres cabinets afin que le choix du cabinet soit réellement paritaire.

Par email en date du 24 septembre, vous nous confirmez ne pas vouloir organiser de réunion d’information avec d’autres cabinets. Vous auriez fait ce travail en amont et jugé le cabinet BPI le mieux à même de répondre aux attentes de reclassement Décision unilatérale !

  • 2° - Accord de méthode

Lors de la 1ère réunion de négociation en date du 21/09/20, nous vous avons demandé de mettre en place un accord de méthode. Cet accord permet de fixer plusieurs choses : le calendrier des négociations, assurer dans le temps imparti la formation des élus, le recours à l’assistante du CSE pour rédiger un rapport, etc…

Celui-ci nous a été refusé, tout comme la retranscription des échanges de négociation par un PV. Décision unilatérale !

Dans le même temps , l’ARAIR a élaboré cet accord de méthode .

Dans cet accord de méthode aurait dû figurer le calendrier des négociations.  

  • 3°) - Calendrier des réunions de négociations

Les 4 réunions de négociations sont positionnées de façon unilatérale à raison d’une semaine d’intervalle, la dernière étant le 15 oct.

Nous vous avons demandé de décaler ces réunions pour que nous puissions rassembler les éléments nécessaires aux négociations à savoir, la présentation des comptes ainsi que les premiers éléments de l’expertise par Technologia.

Les comptes nous seront présentés par Secafi lors du CSE du 21 octobre. Ces comptes auraient dû nous être présentés en septembre, mais au vu du calendrier, vous les avez déplacés en octobre. Vous auriez aussi pu ne pas empiéter sur le CSE ordinaire de septembre et ajouter un CSE extraordinaire. Ce n’est pas l’option que vous avez choisie

Avant le 15 octobre, Technologia n’aura pas suffisamment avancé dans l’expertise pour nous faire une première présentation.

Lors de la première réunion du 21 septembre, nous vous avons demandé de repousser la réunion prévue le jeudi 1ier Octobre et de la recaler après celle prévue le 15 octobre, pour nous permettre d’avoir du temps pour préparer cette négociation. Du temps pour nous former, du temps pour nous informer sur un PSE.  De même, nous vous avons demandé de prévoir une demi-journée de travail préparatoire la veille des réunions de négociation. Vous avez donné l’impression d'accéder à notre demande. Or , à la parution du nouveau calendrier social du 23 septembre , ne figure aucune réunion préparatoire aux réunions de négociations  et celle du 01/10 n’a pas été remplacée . Vous vous payez même le luxe de nous expliquer que c’est à notre demande qu’elle a été annulée.

Décision unilatérale !

 

Cela démontre votre volonté de nous laisser négocier sans données, sans informations autres que celles que vous voulez bien nous donner.

Nous vous rappelons que la direction doit permettre aux élus de négocier de manière loyale et doit leur donner les moyens de négocier.

 

Sur l’octroi des heures de délégations supplémentaires. Vous nous faites part de l’octroi de 20 heures de délégation supplémentaires pour tout délégué syndical. Merci beaucoup ! 

Mais que couvre cette dotation ? C’est par mois ? jusqu’à quand ? C’est flou !

 

  • 4°) - Les Négociations 

 

Nous aimerions que les réunions de négociation soient tracées par un PV. Présence de l’assistante du CSE ou de quiconque autre personne avec validation du PV à la réunion suivante. 

Quand on voit comment la société Orkyn qui dégage en 2019 une profitabilité de 17,9%, pinaille pour ne verser que 70% du salaire brut des THD, pendant leur congé de reclassement. 

Alors que des sociétés identiques versent dans les mêmes circonstances 85% du salaire brut moyen mensuel des 12 derniers mois 

Quand on mégote sur quelque chose qui doit approcher les 50 euros nets, nous sommes dubitatifs à l’idée de négocier des accords de préretraite et des indemnités de licenciement.

 

Que l’on nous présente un projet de mobilité interne qui correspond trait pour trait à ce qui existe déjà. A une différence près, ces personnes sont “ forcées” de quitter leur poste. Elles ne l’ont pas choisi comme ceux qui bénéficient d’une mutation et donc d’un plan de mobilité adéquat.

 

Nous pensons que ces négociations méritent d’être connues des salariés, notamment ceux concernés par le projet. 

Que le groupe décide de réorganiser ses activités, nous comptons sur l’expertise de Technologia pour nous en démontrer la pertinence et la justification. Mais nous prenons acte ! 

 

Que la négociation porte sur des bouts de chandelle, non !

Si ces personnes ont à partir, qu’elles puissent partir dignement, honorablement. Elles n’ont pas commis de fautes, elles ont beaucoup donné à l’entreprise. Elles ont été en première ligne pendant le COVID. Voilà comment elles sont remerciées ! 

Elles méritent de partir dans des conditions financières dignes qui leur permettent de rebondir sans être encore plus en danger !

 

Si vous souhaitez vraiment un accord majoritaire, nous aimerions que les négociations se passent d’une façon plus “négociée” … Au vu de la première réunion et de ce qui en a découlé, nous doutons beaucoup de cette volonté.

 

Nous pensons que c’est une décision unilatérale cachée, sous couvert de négociation, que vous nous imposez. 

 

Ce courrier sera transmis à l’inspection du travail

 

GPEC Gestion previonnelle emploi & compétences

Pourquoi l’UNSA avait-elle dénoncé l’accord GPEC (Gestion prévisionnelle des emploi et compétences) signé en décembre 2019 par la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC ?

 

En juin 2019 ? Lors des négociations de l’accord GPEC, l’UNSA avait demandé à la DRH : « Une analyse métier par métier de leur avenir (disparition/ accroissement des compétences/ difficulté à recruter) à court et moyen terme (3 ans, 5ans) dans le cadre des orientations stratégiques définies par le conseil d'administration »

A l’époque la DRH était incapable de répondre ou plutôt refusait de répondre. On comprend mieux pourquoi au regard du PSE qui s’annonce, ils savaient déjà !

La question est de savoir pourquoi dans de telles conditions les syndicats CFDT, CFTC et CFE-CGC ont signé cet accord ?

 

Nous devons rappeler que selon l’article L6321-1 du code du travail l'employeur doit assurer l'adaptation des salariés à leur poste de travail et veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l'évolution des emplois, des technologies et des organisations. C’est ce que l’on appelle la GPEC.

 

C’est donc une faute de la direction de n’avoir pas anticipé les mutations, et de ne pas avoir préparé les salariés concernés. Combien de Techniciens d’Hygiène, combien d’employés de stock ont été formés au cours des dernières années ?

Que nous ayons été les seuls avec la CGT à dénoncer cet accord GPEC pose de vraies questions.

 

Faut-il rappeler Le mot syndicat vient du terme Syndic. Étymologiquement, le Syndic désigne historiquement d'abord une personne ayant à gérer la défense des intérêts communs d'une collectivité, ou d’une personne.